Sélectionner une page

LES DISTINCTIONS DE L’ORDRE DES INGÉNIEURS FORESTIERS DU QUÉBEC

2019

2019

Date limite pour soumettre une candidature:
vendredi 7 juin 2019, à 16h

3 prix reconnaissances:

L’histoire d’une vie

MÉDAILLE DE L’ORDRE

En savoir +

Cette reconnaissance est instituée pour permettre à l’Ordre de reconnaître les services exceptionnels rendus à la profession d’ingénieur forestier par un de ses membres tout au long de sa carrière professionnelle.

Le ou la récipiendaire devra posséder de grandes qualités personnelles et avoir apporté à la profession une contribution remarquable que ce soit dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’administration, des services rendus à l’Ordre ou dans tout autre domaine relié à la foresterie. Cette contribution aura marqué, de façon significative, l’avancement et le rayonnement de la profession.

  • Les candidatures doivent être soumises par écrit et être supportées par au moins 5 membres de l’Ordre.
  • Chaque candidature doit être accompagnée d’un curriculum  vitae complet du candidat ou de la candidate, incluant ses qualifications académiques, ses réalisations professionnelles, les distinctions et honneurs qui lui ont été rendus, sa participation aux affaires de l’Ordre ou tout autre élément d’intérêt justifiant sa candidature à cette distinction.

Médaille de l’Ordre 2018

M. Serge Gosselin, ing.f.

En 2018, l’Ordre a choisi de remettre la « Médaille de l’Ordre » à monsieur Serge Gosselin, ing.f.

Fort d’une carrière de forestier de près de 40 ans, Serge Gosselin a évolué autant dans le domaine de la forêt privée, à ses débuts, que dans la fonction publique ainsi que dans l’industrie forestière, de laquelle il a pris sa retraite dernièrement.

Ses qualités professionnelles et humaines en ont fait un leader naturel possédant la capacité de développer une vision claire des enjeux à venir et de mobiliser son équipe à y faire face. Monsieur Gosselin a d’ailleurs été l’un des premiers forestiers à contribuer à mettre en place des mesures de conservation de l’habitat du caribou forestier de la région de Charlevoix, dès la fin des années 90. C’était avant même que l’espèce ne soit désignée menacée ou vulnérable par les gouvernements fédéral et provincial.

De plus M. Gosselin s’est particulièrement illustré au début des années 2000 en développant avec son équipe et avec la collaboration d’experts une approche novatrice de répartition des coupes afin de préserver un habitat souhaitable pour le caribou au nord du Saguenay. Ce projet s’est d’ailleurs vu décerner un « Phénix de l’environnement » par le ministère de l’Environnement et du Développement durable du Québec en 2004. Au cours de la même année, les travaux de M. Gosselin furent également reconnus par l’Association des produits forestiers du Canada qui lui décerna le tout premier « prix canadien de l’intendance des forêts ».

On dit de M. Gosselin qu’il a toujours conservé la flamme d’un forestier engagé, le désir de trouver des solutions durables aux problématiques rencontrées et de faire évoluer les choses positivement. M. Gosselin a traversé trois régimes forestiers, soit celui des concessions forestières, des CAAF et celui des garanties d’approvisionnement, chaque fois avec la même volonté de réussir la transition en s’assurant de la collaboration de tous les partenaires.

Monsieur Gosselin s’est aussi particulièrement illustré en dirigeant pendant plusieurs années le département forestier de Produits forestiers Résolu au Saguenay – Lac-St-Jean, l’une des plus grandes divisions forestières de l’est du pays.

Monsieur Gosselin est connu pour sa grande compréhension des enjeux globaux touchant la pratique de la foresterie. Il est également reconnu pour sa rigueur et les efforts continus qu’il a déployés pour adapter les pratiques forestières de l’industrie face à l’évolution constante des connaissances.

En raison de ses grandes qualités personnelles et professionnelles et d’une reconnaissance hors du commun de ses pairs pour l’ensemble de sa carrière ainsi que pour l’ingénieur forestier qu’il est, M. Gosselin représente un récipiendaire de grande qualité pour la Médaille de l’Ordre.

Voir le texte de remerciements de monsieur Gosselin

Page distinction de l’OIFQ

Des actions au présent

INGÉNIEUR FORESTIER DE L’ANNÉE

En savoir +

Le ou la récipiendaire devra s’être démarqué dans les sphères d’activité de notre profession, notamment en ayant fait preuve d’initiative, de leadership ou d’innovation. Il aura ainsi favorisé le rayonnement de la profession ou généré des retombées significatives pour l’avancement du domaine forestier, et ce, dans le cadre d’un mandat spécial ou de son emploi régulier. Il pourrait également s’agir d’une contribution personnelle exemplaire dans les domaines scientifique, culturel, humanitaire, social, des communications, etc., et ce, au cours des 24 mois précédant le début des mises en candidature. 

 

Par exemple :

  • Publication d’un ouvrage de référence;
  • Organisation d’un événement spécial;
  • Activité médiatique;
  • Découverte;
  •  Implication dans la communauté;
  • Développement d’un outil, d’un produit ou d’un service remarquable;
  • Expertise reconnue;
  • Gestion d’une situation exceptionnelle.
  • Les candidatures doivent être soumises par écrit et être supportées par au moins 5 membres de l’Ordre.
  • Chaque candidature doit être accompagnée d’un curriculum vitae complet du candidat ou de la candidate, incluant ses réalisations professionnelles et tout autre élément d’intérêt justifiant sa candidature à cette distinction.
  • L’information transmise à l’Ordre doit comprendre une description détaillée de la participation ou contribution personnelle du membre et de l’événement relié à la mise en candidature, s’il y a lieu.

Ingénieur forestier de l’année 2018

M. Réjean Bergevin, ing.f., M.Sc.

En 2018, l’Ordre a choisi de décerner le titre d’ingénieur forestier de l’année à monsieur Réjean Bergevin, ing.f., M.Sc.

Réjean Bergevin est ingénieur forestier et a obtenu sa maîtrise en sciences appliquées (spécialisation en entomologie) en 1982. Dès le début de sa carrière, il s’intéresse au contrôle biologique des insectes piqueurs et ravageurs des forêts du Québec. Il agit actuellement à titre de vice-président au développement des affaires chez G.D.G. Environnement et ce, depuis 2003.

Constatant les dégâts majeurs causés par l’agrile du frêne et soucieux d’améliorer la résilience de la forêt urbaine et protéger notre patrimoine naturel, M. Bergevin s’est impliqué intensivement dans le déploiement d’une méthode de contrôle de l’agrile du frêne, développée par Messieurs Robert Lavallée de Ressources Naturelles Canada et Claude Guertin de l’Institut Armand Frappier.

L’agrile du frêne, ce coléoptère originaire de l’Asie, s’est révélé hautement destructeur. Depuis son arrivée, il a détruit des millions de frênes et continue de se propager dans de nouvelles régions, causant des dommages économiques et écologiques considérables.

Le système de lutte à l’agrile proposé par M. Bergevin consiste en l’installation de pièges à entonnoir dans le haut des frênes. Chaque piège possède une chambre de contamination où est inséré une pochette contenant un champignon qui provoque la mort de l’insecte. En l’absence de moyens de lutte contre l’agrile au stade adulte, cet outil biologique répond actuellement aux besoins de plusieurs villes afin de contrôler sa propagation.

Toujours passionné et positif, M. Bergevin a le désir ultime de valoriser cette découverte québécoise en contribuant à l’acquisition d’encore plus de connaissances scientifiques pour gagner cette bataille contre l’agrile. Un objectif précieux à ses yeux.

Derrière cet homme noble, il y a un grand rêve : celui de sauver des frênes, autant que possible, tant au Québec que dans les autres provinces canadiennes et même dans le nord des États-Unis, où il a su intéresser des scientifiques étrangers à collaborer à l’étude.

À travers son dynamisme, ses talents de communicateur et son esprit rassembleur, Monsieur Bergevin fait rayonner la profession d’ingénieur forestier ici et ailleurs dans le monde. L’Ordre est heureux de souligner la passion et le travail magistral de cet ingénieur forestier en lui décernant le titre d’ingénieur forestier de l’année 2018.

Page distinction de l’OIFQ

Non-membre

PRIX HENRI-GUSTAVE-JOLY-DE-LOTBINIÈRE

En savoir +

Cette reconnaissance est instituée pour permettre à l’Ordre de valoriser certains services ou contributions exceptionnels de non-membres à la cause forestière ou à la profession d’ingénieur forestier.

Le ou la récipiendaire devra avoir, par ses actions, contribué à l’avancement de la cause forestière ou de la profession dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’administration, des communications, des services rendus à l’Ordre ou dans tout autre domaine relié à la foresterie.

Il peut s’agir d’une réalisation ponctuelle ou d’une contribution réalisée sur l’ensemble de la carrière.

Cette personne devra être connue et reconnue dans son domaine professionnel et se mériter le respect de ses confrères et consoeurs par sa compétence, sa crédibilité et son intégrité.

« Avocat, homme politique et forestier amateur, sir Henri Joly de Lotbinière fut un des plus actifs parmi les rares écologistes à préconiser à la fin du siècle dernier, un meilleur aménagement de nos forêts. »

-Donald Mackay

  • Les candidatures doivent être soumises par écrit et être supportées par au moins 5 membres de l’Ordre.
  • Chaque candidature doit être accompagnée d’un curriculum vitae complet du candidat ou de la candidate, incluant ses qualifications académiques, ses réalisations professionnelles, les distinctions et honneurs qui lui ont été rendus, sa participation aux affaires de l’Ordre et tout autre élément d’intérêt justifiant sa candidature à cette distinction.

Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière 2018

M. Jean-Romain Roussel, Ph.D.

En 2018, l’Ordre a choisi de remettre la « Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière » à monsieur Jean-Romain Roussel, Ph.D.

Monsieur Roussel est un ingénieur en technologie du bois, diplômé de l’École nationale supérieure des technologies et industries du bois, à Épinal, en France. Il vient tout juste de compléter sa thèse de doctorat portant sur le LiDAR, à l’Université Laval. En lui remettant cette distinction, l’Ordre désire souligner sa contribution remarquable à la démocratisation des outils d’analyse de données d’inventaire forestier par le LiDAR.

Constatant qu’il n’existait pas de logiciel flexible et transparent permettant d’analyser les nuages de points de données LiDAR. Monsieur Roussel a commencé, dès 2015, à développer un logiciel de programmation statistique gratuit et en accès libre qui a révolutionné l’analyse de données scientifiques.

C’est dans cet esprit de transparence et de service à la collectivité que monsieur Roussel a placé son outil d’analyse, qu’il a nommé « lidR », dans un dépôt public, accessible à tous. Rapidement, une communauté d’utilisateurs s’est intéressée à lidR, ce qui l’a amené à le développer de manière substantielle. Le libre accès au code source du logiciel permet aussi d’analyser les données en toute transparence. Le succès du logiciel a bondi de manière spectaculaire lorsqu’il a été rendu disponible sur le CRAN, ce qui constitue le plus grand et prestigieux dépôt de logiciels de ce type. Ainsi, aux échelles nationale et internationale de nombreux utilisateurs de données LiDAR en foresterie utilisent maintenant lidR. Selon les statistiques du CRAN, lidR est téléchargé plus de 1000 fois par mois, et ce, tout à fait gratuitement, par des utilisateurs de partout dans le monde.

Bien que l’enthousiasme des utilisateurs du logiciel à l’échelle internationale soit un indicateur de la qualité de l’outil, c’est avant tout pour son impact sur le domaine de l’inventaire forestier au Québec qu’est basé la reconnaissance. Par le biais du développement de lidR, l’une des grandes contributions de monsieur Roussel aura été de favoriser le développement de compétences techniques et scientifiques aux ingénieurs forestiers du Québec.

La Direction des inventaires forestiers lui a récemment offert un contrat afin qu’il poursuive le développement de lidR et qu’il y intègre de nouvelles fonctions et algorithmes pertinents à leurs besoins. Par son travail, monsieur Roussel vient en quelque sorte résoudre des difficultés informatiques, ce qui offre ainsi à des ingénieurs forestiers une meilleure capacité d’analyse et de mise en œuvre de nouvelles idées. Il contribue donc de manière significative au maintien du rôle fondamentalement important des ingénieurs forestiers dans le développement des outils d’inventaire forestier par télédétection.

Pour ces raisons, le Conseil d’administration de l’Ordre est heureux de remettre la Distinction Henri-Gustave-Joly-de-Lotbinière 2018 à monsieur Jean-Romain Roussel

Page distinction de l’OIFQ

Date limite pour soumettre une candidature:
vendredi 7 juin 2019, à 16h

LES RÉCIPIENDAIRES ANTÉRIEURS DE CES DISTINCTIONS ONT ÉTÉ

MÉDAILLE DE L’ORDRE

2018 | M. Serge Gosselin, ing.f.

2017 | M. Pierre DesRochers, ing.f.

2016 | M. Gérarad Szaraz, ing.f.

2015 | M. Daniel Archambault, ing.f.

2014 | M. Magella Morasse, ing.f.

2013 | Mme Francine Dorion, ing.f.

2012 | M. Roger A. Lachance, ing.f.

2011 | M. Luc Bouthillier, ing.f.

2010 |  M. André P. Plamondon, ing.f.

2009 |  M. Marc Côté, ing.f.

2008 | M. André McNeil, ing.f.

2007 | M. Marius Pineau, ing.f.

2006 |  M. Zoran HMajcen, ing.f.

2005 | M. François Potvin, ing.f.

2004 |  M. Louis-Jean Lussier, ing.f.

2003 |  Aucun récipiendaire, ing.f.

2002 |  M. André Duchesne, ing.f.

2001 |  M. René Doucet, ing.f.

2000 |  M. Yvan Hardy, ing.f.

1999 |  M. Claude Godbout, ing.f.

1998 |  M. Jean Paquet, ing.f.

1997 |  M. Adéodat J. Ross, ing.f.

1996 |  Mme Thérèse Sicard, ing.f.

1995 |  M. Jean-Claude Mercier, ing.f.

1994 |  M. Gilbert Tardif, ing.f.

1993 |  M. Guy Boissinot, ing.f.

1992 |  M. Yvon Dubé, ing.f.

1991 |  M. Jean Bérard, ing.f.

1990 |  M. Gilbert Paillé, ing.f.

1989 |  M. Henri N. Le Blanc, ing.f.

1988 |  M. Léopold Dion, ing.f.

1987 |  M. André Lafond, ing.f.

1986 | M. Roch Delisle, ing.f.

1985 | M. Marcel Lortie, ing.f.

1984 |  M. L.Z. Rousseau, ing.f.

1983 |  M. J.-Félicien Rivard, ing.f.

1982 |  M. Robert Bellefeuille, ing.f.

1981 |  M. Edgar Porter, ing.f.

INGÉNIEUR FORESTIER DE L’ANNÉE

2018 | M. Réjean Bergevin, ing.f., M.Sc.

2017 | M. Louis Morneau, ing.f., M.Sc.

2016 | ———

2015 | M. Éric Bauce, ing.f., Ph.D.

2014 | M. Vincent Barrette, ing.f.

2013 | M. Luc LeBel, ing.f., Ph.D.

2012| M. Jean-Pierre Gagné, ing.f., M. Jacques J. Tremblay, ing.f. et M.Simon Vézeau, ing.f., M.Sc.

2011| M. André Gravel, ing.f.

2010| M. Marc Leblanc, ing.f.

2009| M. Jacques Pinard, ing.f.

2008| M. Alain Dancause, ing.f.

2007| M. Jean-Sylvain Lebel, ing.f.,  M. Charles Tardif, ing.f. et M. Michel Vincent, ing.f.

2006| M. Michel Beaudoin, ing.f., M. Robert L. Beauregard, ing.f.,  et M. Denis Brière, ing.f. et M. Alain Cloutier, ing.f.

2005| M. Pierre Beaupré, ing.f.

2004| M. Bruno Boulet, ing.f.

2003| M. Jean-Louis Kérouac, ing.f. et M. Gérard Szaraz, ing.f.

2002 M. André Proulx, ing.f.

2001| M. Marc Plante, ing.f.

2000| M. Christian Messier, ing.f.

1999| M. Richard Trudel, ing.f.

1998| M. Bruno Boulet, ing.f.

1997| ———

1996 | M. Gino Trudel, ing.f.

1995| M. Claude Godbout, ing.f.

1994| M. Denis Brière, ing.f.

1993| M. Richard Savard, ing.f.

1992| M. Pierre Y. Bourdages, ing.f.

1991| M. Marc Ledoux, ing.f.

1990| ———

1989| M. Stéphan Mercier, ing.f.

1988| M. Bernard Bernier, ing.f.

1987| M. Albert Côté, ing.f.

DISTINCTION HENRI-GUSTAVE- JOLY-DE-LOTBINIÈRE

2018 | Jean-Romain Roussel, Ph.D.

2017 | M. Jean-Paul Gendron

2016 | M. Michel Belleau

2015 | M. Normand Beaudoin

2014 |  M. Yves Dessureault, ing.

2013 |  M. Pierre-Maurice Gagnon

2012 |  Mme Katherine Court

2011 |  M. Pierre Lefebvre

2010 |  M. Gilles Lavoie

2009 |  M. Damien Côté

2008 |  Mme Sophie D’Amours

2007 |   ———

2006 |   M. Guy Deschênes

2005 |  Mme Agathe Cimon

2004 |  M. Gérald Lavoie

2003 |  M. Jean-Marc Drolet

2002 |  M. Elzéar Lepage

2001 |  Association forestière de l’Abitibi-Témiscamingue

2000 |  M. Alain Castonguay

1999 |  M. François Tremblay

1998 |   M. Roger Morasse

1997 |  Mme Denise Julien et M. Jean-Guy Gagnon

1996 | M. Marius Blais

La formule de mise en candidature, comprenant la signature de 5 membres de l’Ordre et le curriculum vitae du candidat ou de la candidate, doit parvenir par courrier (sous pli confidentiel) ou par courriel au plus tard le le vendredi 7 juin 2019, à 16 h.

M. François-Hugues Bernier, ing.f.

Directeur des communications et de la formation continue

(418) 650-2411 #102

francois.bernier@oifq.com

Ordre des ingénieurs forestiers du Québec

2750, rue Einstein, bureau 110, Québec (Québec) G1P 4R1

Questions ?

14 + 6 =